Premier atelier philo et méditation: Yakouba ou le courage d’être soi

Aujourd’hui, nouveau défi: j’ai animé mon premier atelier philo et méditation. C’était dans une école Freinet, avec des CM2 en demi-classe.  L’atelier a eu lieu dans la bibliothèque.

Les enfants ont tout de suite été très (trop ?) en confiance, s’installant comme ils ont l’habitude de le faire : en enlevant les chaussures et s’étalant sur les coussins. L’atelier, qui a démarré juste après la “récré” a donc commencé sur un débat sur « les pieds qui puent le moisi ». J’avoue que ce n’était pas ce à quoi je m’attendais ! Mais je m’attendais à vivre des surprises. Après la question des pieds est venue la question de la place. Il semblait important que chacun sente sa place protégée et, par contre, il n’était pas gênant de pouvoir envahir celle des autres.

En fait tant par la parole que dans les mouvements, chacun manifestait différemment la façon dont il voulait prendre sa place dans notre atelier. Le groupe était constitué de personnalités assez fortes et le groupe a été agité presque toute la séance. Et pourtant, il s’est produit des petits miracles. Un enfant a pu dire par exemple qu’il avait changé d’avis au cours du débat, une autre qu’elle avait apprécié pouvoir parler « sans se sentir juger ».

J’avais pris un temps préalable pour rappeler les règles de l’atelier : écoute, bienveillance, respect de l’autre. J’avais aussi demandé ce qu’était pour eux la philosophie et plusieurs avaient une réponse très intéressante.

J’ai essayé de faire un exercice d’attention autour de la respiration mais ils ont été encore plus agités :).

L’atelier était sur le thème du courage, avec pour support le livre de Yakouba de Thierry Dedieu.

J’étais étonnée de constater que tous les enfants ont compris le livre immédiatement, malgré le bruit et l’agitation. Ils ont insisté pour la plupart sur le fait que le livre était trop court. Un des enfants a même proposé d’écrire la suite : Yakouba 2. Le livre a donc beaucoup plu aux enfants et était bien adapté à l’atelier (il fait partie des livres “références” pour les ateliers philo).

Yakouba fait partie d’un groupe d’adolescents prêts à partir pour tuer un lion, rite initiatique de la tribu à laquelle il appartient. Cependant Yakouba va déroger à la règle car il choisit de ne pas tuer le lion qui se présente à lui, ce lion étant déjà blessé. Il préfère donc faire passer son propre avis avant celui de la tribu, dont il sera rejeté. Les enfants avaient des avis partagés quand je leur ai demandé si, selon eux, Yakouba était courageux. Pour certains oui, pour d’autres non. Ils ont questionné le sexe et l’âge du personnage, insistant sur le fait que la notion de courage n’était pas la même en fonction de l’âge. Quand nous nous sommes demandés ce qu’était le courage, ils ont pu dire que le courage permettait de dépasser ses peurs mais que, toutefois, avoir des peurs et des émotions, c’était important.

Ils ont pu questionner la posture de la tribu et des parents qui ont exclu Yakouba, certains enfants trouvant ça « nul ». Nous avons donc pu effleurer la question de la norme, de l’acceptation de soi, de la tension entre l’individu et le groupe, la culture…

A la fin de l’atelier, les enfants ont pour la plupart fait un retour positif, une enfant a même dit “j’ai pu parler librement, sans me sentir jugée”…même si c’était « trop bruyant » et qu’« on s’écoutait pas ». J’ai pu dire que pour moi aussi il y avait eu trop de bruit. Je n’ai d’ailleurs pas pu écouter et soutenir toutes les réponses (ce qu’un enfant n’a pas manqué de me reprocher!)…et j’ai eu bon mal de tête en sortant!

La prochaine fois, j’ai envie de demander aux enfants quelles solutions ils pourraient proposer pour que nous puissions mieux nous entendre et que nous soyons moins parasités par le bruit. Je pense proposer que l’on délimite la place de chacun par un coussin sur lequel il resterait toute la séance. Je pense aussi proposer qu’il y ait un enfant qui soit vigilant au silence, un autre qui note les noms des enfants levant la main, un synthétiseur et un maître du temps (méthode Tozzi).

Je sens qu’une nouvelle aventure commence, qu’elle est loin d’être facile mais pas moins passionnante!

Pour trouver le livre Yakouba que j’ai utilisé, c’est par là: Yakouba

Ce lien vers Amazon est affilié et me permet de toucher entre 4 et 6% du montant de ce que vous achetez

L’interview inspirante: May, vie de Miettes {carnet d’instantanés et de sourires}

Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de blogs.

Mais il n’y en a pas deux comme celui de May.

Son blog est chaud, doux et réconfortant comme un chocolat chaud italien (c’est le plus onctueux et donc mon préféré).

Sur son site, May a créé tout un univers et même une entreprise idéale avec beaucoup de soin et de délicatesse. Ses mots nous font voyager sur des continents de douceur, d’optimisme et d’Amour.

Un grand Merci à toi May  pour avoir répondu à mes questions et pour toute la chaleur que tes réponses transmettent.

 

“Depuis quand as-tu ouvert ton blog et qu’est-ce qui t’as motivée ? 

J’ai ouvert mon premier blog en seconde. Comme beaucoup, j’avais l’envie d’écrire et de partager quelques images. Ce n’était pas réfléchi. J’avais quinze ou seize ans. Depuis, je n’ai jamais arrêtée. Cela fait plus de douze ans ! J’ai grandi et je me suis construite avec mon blog. C’est un outil formidable !

Aujourd’hui est-ce que tes attentes vis-à-vis de ton blog ont changées ? 

Je crois que j’ai conservé les mêmes attentes : ce qui me rend le plus heureuse au monde, et depuis que je suis toute petite, c’est de créer et de rendre les personnes heureuses à travers mes créations (cela peut être à travers un repas préparé avec amour, quelques mots ou un portrait volé et offert !). J’aime les attentions créatives. 

Je crois que c’est le fil conducteur de mon blog. J’écris, photographie, je crée, je partage. 

Tu as un style d’écriture très particulier, d’où provient-il ? 

Je ne sais pas vraiment. Je crois que j’écris comme je pense dans ma petite tête. C’est ma mélodie interne. 

As-tu des routines, des astuces dans ta vie quotidienne pour te permettre d’entretenir ton blog ? 

Oui, oui, cela peut paraître bizarre mais c’est justement de ne pas en avoir et de ne pas me forcer. J’ai qu’une seule règle depuis l’ouverture de mon blog : ne pas me mettre de contraintes et d’écrire quand j’en ai envie. Je crois que le jour où je m’imposerai des règles, le plaisir prendra vite la poudre d’escampette !

Quels conseils donnerais-tu aux personnes démarrant un blog ? 

D’écrire pour le plaisir, de ne rien s’imposer, de ne surtout pas se mettre la pression (un blog est comme nous, il est attachant par ces petites imperfections !).

Quels sont tes projets en cours ou à venir ? 

Profiter du printemps, de sa lumière et sa poésie particulière. Qui dit mieux ? 

Pssst: si tu veux t’offrir son affiche inspirante “Vivre” qui illustre l’article, c’est par ici.

Suite et fin du programme MBSR #8/8

Cette huitième et dernière séance a eu lieu il y a un mois.

Je n’ai pas pu en parler ici car je n’ai malheureusement pas pu y aller.

Pour l’avoir quand même vécue dans un précédent stage, je sais qu’il y a une méditation assise longue, un retour sur nos expériences et un temps d’échange autour de la suite que l’on va donner à cette expérience.

On se demande ensemble : qui veut continuer à méditer ? Qui veut arrêter ? Qui voudrait continuer mais à besoin pour cela d’être aidé ? Etc…

On partage nos trucs et astuces qui peuvent nous aider à maintenir une pratique régulière de la méditation.

Et parfois il y a même des envies de continuer à méditer ensemble qui se manifestent. Dans notre groupe, l’une d’entre nous a proposé son salon pour continuer à nous “asseoir” ensemble.

Je me sens très reconnaissante d’avoir fait la connaissance des femmes de ce groupe et d’avoir partagé cette expérience avec Elles.

Partage des forces et des faiblesses, partage de l’intime de chacune pour qu’il devienne extime commun…et repartir plus riche de ce que l’on a donné.

Crédit Photo: Suhyeon Choi

 

Regardez “Interview de Béa Johnson, une vie Zéro Déchet” sur YouTube

J’ai eu la chance de rencontrer et d’interviewer la papesse du zéro déchet.. Celle qui a réussi à mettre tous les déchets 2017 de sa famille dans un pot qui tient dans la main. 🙂

 

INTERVIEW DE BÉA JOHNSON, UNE VIE ZÉRO DÉCHET

 

 

BÉA JOHNSON (BJ) : Lorsque j’ai dit à mon mari que je voulais écrire un blogue, il m’a dit : « non, non. Laisse tomber. Tu vas te faire mais casser par tout un tas de personnes. Tu vas te faire critiquer, tu vas t’en prendre plein la figure » et je n’étais pas d’accord avec lui. Je lui ai dit : « je suis désolée, mais moi j’estime que c’est important de partager ce qu’on fait pour que ceux qui veulent réduire leurs déchets, ils aient nos solutions ». Je n’aurais jamais, jamais, jamais pu imaginer que ça devienne un mouvement global.

 

C’est un énorme honneur de voir combien de personnes en fait ont adopté nos solutions et puis se sont lancées, et ce qui est fabuleux, ce n’est pas juste ceux qui se sont lancés vers un mode de vie Zéro déchet, mais c’est ceux aussi qui ont décidé d’ouvrir des magasins de vrac pour à ce moment-là permettre aux autres d’acheter leur nourriture en vrac.

 

Il y a Jean [Moutais] qui lui a ouvert tout un système. Il a toute une gamme de produits dans des contenants qui sont conciliés. Il y en a qui ont monté des organisations comme Zero Waste Switzerland. Il y a une chaîne de vrac au Canada qui avant n’utilisait pas ou n’acceptait pas les contenants réutilisables. Puis une fois, j’ai mis une photo sur Instagram en montrant que je réutilisais mes contenants au Canada puis ça, ça les a encouragés à changer leur politique — police, comme on dit — leurs règles. Donc aujourd’hui, ils acceptent les contenants réutilisables dans leurs 270 magasins à travers le Canada. Et c’est toutes ces initiatives en fait qui nous permettent de créer un futur Zéro déchet.

 

QUESTION (Q) : Est-ce que vous avez l’impression que votre message est reçu différemment aux États-Unis et en France?

 

BJ : Oui. Alors en France et je dirais même dans les pays francophones, c’est là où le Zéro déchet pousse plus rapidement qu’ailleurs. Je crois que c’est parce que dans les pays francophones il y a une appréciation pour les plaisirs simples et une connexion avec la nourriture qu’il n’y a pas nécessairement dans les pays anglophones.

 

Aux États-Unis aussi, je crois que le public a peur du qu’en-dira-t-on s’ils n’ont pas les derniers gadgets, etc. Ils ont peur de la vie simple et c’est aussi la peur d’acheter d’occasion comme on le fait et comme je le prône. Donc c’est là où il y a des différences et les magasins de vrac explorent en France plus que partout ailleurs dans le monde.

 

À Montréal, j’ai appris qu’il y avait 8 magasins de vrac qui avaient été inspirés du livre de conférences que j’ai données. En Suisse, il y en a une qui a ouvert un magasin. Il y a Chez Mamie qui a été ouvert. C’est une Française qui après avoir lu le livre a décidé d’ouvrir un magasin de vrac et maintenant, c’est une franchise.

 

Donc c’est comme ça en fait que tout se développe, mais c’est surtout dans les pays francophones en fait que ça développe.

 

Q : Il y a moins d’impact aux États-Unis alors?

 

BJ : Non, beaucoup moins. Beaucoup moins. On n’a pas encore un seul magasin de vrac comme vous avez ici. On a du vrac qui est disponible dans des magasins de bio comme vous avez ici à Biocoop, Satoriz, etc. Mais aux États-Unis, on n’a pas encore un seul magasin qui ne vende que du vrac sur tout le territoire. Donc en fait, vous avez accès à beaucoup plus de vrac que ce qui m’est disponible à moi.

 

Je crois que beaucoup s’imaginent que si je fais le Zéro déchet, c’est parce que ça doit être facile pour nous, qu’on doit avoir accès à tout un tas de vrac. Ce n’est pas le cas. On a tout simplement appris à faire avec ce qui nous est disponible dans ce rayon de vrac dans le magasin de bio et à profiter des avantages qui nous sont disponibles.

 

Q : Il y a beaucoup de personnes qui disent : « le Zéro déchet, quand on a des enfants, c’est compliqué ». Qu’est-ce que vous répondez à ces gens?

 

BJ : J’ai deux enfants et justement je me suis lancée il y a 10 ans quand ils avaient 5 et 6 ans. Aujourd’hui, ils ont vécu plus longtemps sans déchets qu’avec. Pour eux, c’est complètement normal, c’est complètement automatique.

 

Tout un tas de personnes en fait se donne des prétextes pourquoi ne pas se lancer. Il y en a qui disent : « si elle fait le Zéro déchet, c’est parce qu’elle habite aux États-Unis ». En fait, j’habite dans le comté qui génère le plus de déchets aux États-Unis par tête. J’habite probablement dans la partie du monde qui génère le plus de déchets.

 

Les Américains disent : « non, non. Si elle peut faire Zéro déchet, c’est parce qu’elle habite en Californie ». Les Californiens disent : « non, si elle peut faire Zéro déchet, c’est parce qu’elle habite à San Francisco ». Je n’habite pas à San Francisco. J’habite au nord de San Francisco. Et donc les San Franciscains disent : « si elle peut faire Zéro déchet, c’est parce qu’elle est Française ». Donc tout le monde en fait a des prétextes pourquoi est-ce que moi je peux le faire et eux non.

 

C’est sûr que le mode de vie Zéro déchet, quand les gens voient ce terme, ils se disent : « ah non, c’est trop extrême. Ça doit être hyper compliqué, ça doit prendre énormément de temps et d’argent », mais c’est parce que tout simplement ils ne savent pas comment adopter un mode de vie Zéro déchet. Ils sont, disons, rattachés à des a priori.

 

Aujourd’hui, j’ai un travail à temps plein avec un planning de dingue, mais justement, le Zéro déchet au fait ne me prend pas plus de temps. Il économise du temps. Ce qui va prendre du temps, c’est de changer ses habitudes, d’apprendre à dire non parce que c’est la première règle. C’est de refuser ce dont on n’a pas besoin. Quand on a fait les choses d’une certaine façon toute sa vie, on pense que ce que l’on fait, c’est ce qui va nous économiser le plus de temps, le plus d’argent.

 

Mais en fait, il faut apprendre de nouvelles habitudes, il faut apprendre à dire non, il faut se désencombrer et trouver un système qui marche pour soi pour trouver sa nourriture en vrac et c’est ça qui va prendre du temps. Mais une fois que vous avez ce système en place, mais vous vous tapez la tête contre les murs de ne pas l’avoir fait auparavant parce que vous vous rendez compte que la vie d’auparavant, c’est ce qui vous prenait trop de temps, c’est ce qui coûtait trop d’argent. En fait, c’était littéralement gaspiller son argent et son temps, et vous regrettez tout simplement de ne pas avoir adopté le Zéro déchet auparavant.

 

Q : OK. Et qu’est-ce qui est votre motivation profonde en lançant ce mouvement-là?

 

BJ : Moi, tout simplement, ce qui m’a donné envie de me lancer, c’est de vouloir un meilleur futur pour mes enfants. Tout simplement. J’ai regardé des documentaires et lu des livres sur les problèmes de l’environnement. Là, j’ai enlevé les œillères et je me suis rendue compte que j’avais en tant que consommatrice énormément de pouvoir, que mes achats avaient un pouvoir et qu’il me revenait de changer les choses à la maison. C’est ce que Gandhi a dit : « être le changement que vous voulez voir dans le monde » et c’est vraiment ce qu’il a dit qui a en fait dirigé ma vision des choses. Le changement commence à la maison.

 

Les fabricants ne fabriquent que ce que le consommateur achète. Acheter, c’est voter. Si vous achetez des emballages, c’est une façon pour vous de dire : « j’adore les emballages et je souhaite voir plus d’emballages dans notre monde ». Et plus de pétrole sera puisé du sol pour créer des remplacements. Alors que lorsque vous achetez votre nourriture en vrac, c’est une façon pour vous d’investir de votre argent dans un futur de vrac, un futur sans emballage pour les générations futures. C’est vraiment le pouvoir de l’achat qui nous permet de créer un monde différent pour nos enfants.

 

Q : Donc vous [soutenez le mouvement] politique aussi?

 

BJ : Non. Je n’aime pas qu’on dise ça. Le terme politique me dérange parce que j’ai remarqué que c’est souvent une des questions qu’on me pose en France parce qu’il y a bien sûr le Parti écolo. Alors on s’imagine que pour adopter un mode de vie Zéro déchet, il faut voter pour un parti spécifique. Non, je suis là pour dire que le Zéro déchet, il appartient à tout le monde, bien sûr, de l’adopter puisqu’on est tous citoyens de cette terre. La terre appartient à tout le monde et donc le Zéro déchet n’appartient pas juste à ceux qui vont voter écolo. Le Zéro déchet est bien sûr ouvert à tout le monde.

 

Suite du programme MBSR #7/8

A cette séance, dans le groupe, nous nous connaissons de mieux en mieux. Pour celles qui arrivent plus tôt, nous échangeons sur nos impressions après “la journée du silence”. Cela a été un moment important pour nous toutes.
Puis nous nous installons, et spontanément, nous avons un échange autour du sentiment d’attachement et de dépendance que l’on peut ressentir vis-à-vis de son téléphone, de son GPS,…

Viens ensuite une méditation longue, de 45 minutes, avec de nombreux silences. Au moment de débriefer, chacune relate une expérience bien différente.

Pour certaines, au vu de ses douleurs, cela a été “inhumain” et très long, trop long.
Pour d’autres, pour différentes raisons, cela n’aura pas créé les mêmes inconforts.

Nous nous rendons toutes compte cependant de notre tendance à vouloir “tenir” à tout prix, à ne pas bouger durant la méditation.

Pourtant l’instructrice nous a toujours rappelé l’importance de la bienveillance, d’écouter son corps, ses limites et de ne pas aller trop au-delà.  Elle nous l’a transmis dans son discours mais aussi dans son attitude à notre égard et à l’égard de notre pratique.

Elle nous rappelle que s’il est possible d’explorer un temps ses douleurs avec ouverture et curiosité, nous ne sommes pas venues méditer pour nous infliger une expérience insupportable.

Bien sûr, cela renvoie chacune d’entre nous à certaines contraintes que l’on a pu recevoir dans l’enfance “tiens-toi droite, arrête de bouger!”…qui continuent de nous poursuivre des années après.

Nous revenons ensuite sur la journée en silence vécue ensemble il y a quelques jours. L’une d’entre nous nous confie les pensées et sensations très désagréables que cette journée est venue faire remonter. Malgré la difficulté, elle sent que cela lui a permis d’avancer et elle a depuis beaucoup médité, notamment avec la méditation de la bienveillance.

Nous nous arrêtons sur ce partage fort, en remerciant la personne d’avoir pu nous faire confiance.

Journée de Pleine Conscience

Cette journée de pleine conscience, en silence, a été longue et intense. J’espère m’en rappeler dans le bon ordre!

Nous avons commencé par des étirements, proche des postures de yoga allongées. Je sens que petit à petit mon corps se réveille, s’éveille. C’est agréable de commencer la journée en prenant de soin de s’étirer doucement dans tous les sens.

Nous continuons la matinée avec une méditation assise et une marche en pleine conscience.

Nous sommes quatorze personnes et, vu la taille de la pièce, il vaut mieux être en pleine conscience au risque d’écraser un pied au passage :).

Nous nous rasseyons pour une méditation plus courte, avant le repas.

L’instructrice qui elle, nous parle, nous conseille de rester dans le silence et d’éviter les conversations téléphoniques, afin de se laisser immerger de plus en plus profondément dans cet état de conscience, protégées que nous sommes de l’agitation quotidienne.

Pour le repas, nous avions chacune amené un plat et je crois avoir compris, même sans les mots, que tout le monde s’est ré-ga-lé. Il y avait là un vrai festin.
J’ai mangé au soleil et ai apprécié chaque bouchée, bien plus que je ne le fais quand je parle ou tapote sur mon téléphone en même temps. Je m’allonge ensuite sur un matelas d’épine de pins. Je prends conscience de cette odeur de pin qui m’entoure et apprécie ce temps de détente. (Eh oui, car la méditation ce n’est pas toujours la détente, contrairement à certaines idées reçues).

La clochette de la reprise retentit, et nous poursuivons par une nouvelle marche en pleine conscience. Cette fois nous pourrons la faire à l’intérieur ou à l’extérieur. Le temps étant magnifique, je profite des plus grands espaces proposés par la cour qui entoure la salle. Ce nouvel espace de jeu me permet de faire d’autres expériences: marcher en arrière, sur le côté, de différentes façons. Et aussi comparer les sensations différents quand je marche sur les épines de pins ou quand je marche sur les petites pierres: les bruits, le contact (amorti ou dur), les odeurs…
Pas de doute, je préfére les sensations que procurent les épines de pins mais j’explore quand même tout le terrain, comme une enfant.

Nous revenons à l’intérieur pour une séance de balayage corporel (j’en parlais ). Nous nous sommes rendues compte que l’expression “scan corporel” ou “bodyscan” pouvait renvoyer à des images désagréables.

Nous enchaînons ensuite des mouvements de yoga debout que nous avons déjà vu lors d’une séance précédente: la montagne, le guerrier (voir ici et ).

Mon esprit commence sérieusement à vagabonder et à trouver le temps long à l’intérieur…alors qu’il fait si beau dehors. Je prends une grande respiration et essaye de dire à mon hôte “impatience” (cf le poème de Rumi ici) que c’est bientôt fini.

En effet, après une dernière méditation assise, la journée est finie!

Nous reprenons la parole, et le silence disparaît sous le bruit de nos mouvements pour réaménager la salle…

Elle reprend sa forme initiale, comme s’il ne s’était rien passé dans cette salle…

et pourtant!

Crédits photos: Eva HolmMatthew RaganJulia Caesar