2 in 1: Pourquoi la méditation? Et Vipassana, c’est quoi?

Oui, pourquoi décide-t-on un jour de s’asseoir sur un coussin et de se concentrer sur le va et vient de sa respiration?

Difficile de donner une réponse universelle à cette question, chaque chemin menant à la méditation étant sûrement très différent.

Je vais donc parler de moi.

Pour moi, la rencontre avec la méditation était encore plus bizarre que pour la majorité des personnes qui commencent la méditation. J’ai pris le “hard way” comme m’a dit une fois un instructeur.

Je n’avais jamais médité de ma vie et je me suis inscrite à un stage de 10 jours très intensif. Mais très, très, très.

Un stage où, pendant ces 10 jours:

*tu te lèves à 4h30 du matin (pour…méditer bien sûr! Et on commence par une première méditation de…deux heures. En écrivant ces lignes, j’ai l’image de Paul, un enfant de 8 ans, qui me dit: Mais What??).

*tu n’as pas le droit de parler (sauf avec l’instructeur et le “manager”, essentiellement pour poser des questions sur…la méditation)

*tu n’as pas le droit d’avoir recours à des “distractions” ou des “intoxicants”: oublie livres, téléphone, musique, cigarette, …tu es là pour te confronter à toi-même…et tu verras, tu n’auras pas d’autre choix.

*En résumé, pendant 10 jours; tu dors, tu manges (deux fois par jour avec un dîner très lèger) et…tu médites (bien sûr!).

Et c’est tout. (Les douches et l’accès aux toilettes sont quand même acceptés en dehors des heures de méditation hein. D’ailleurs là-bas la douche et les repas sont les moments les plus fun de la journée).

Là, niveau simplicité, difficile de faire mieux.

Bien sûr, il y a un sens derrière tout ça…L’organisation a été pensée pour que tu puisses méditer le mieux possible.

Mon premier stage a été très difficile. On croit souvent que c’est “ne pas parler” qui est le plus difficile. Pas-du-tout (pourtant j’adore parler!). Le plus dur ça a été pour moi les douleurs physiques (rester assise des heures et des heures quand on est pas habitué ça crée quelques tensions) et psychiques. En 10 jours, sans distraction, il y en a des choses qui se mettent à remonter. Et devoir y faire face est loin d’être évident, surtout en étant seul.

Voilà pourquoi je déconseille ce stage aux personnes qui sont à une période de leur vie fragile, je pense que ça doit être super violent. Il faut quand même aller “suffisamment bien” pour “gratter le fond de la casserole” dixit Jean Oury.

Après, l’avantage, c’est qu’en sortant de ces 10 jours, j’avais de bonnes bases pour continuer à méditer à la maison. C’est pas pour ça que je l’ai toujours fait.

Pour moi l’expérience a été (après-coup parce que sur le moment…) très positive sur plusieurs points, je me suis même réinscrite plus d’une dizaine de fois à ce stage-de-fou.

J’essaye d’y aller une fois par an. (A-peu-près).

Tu as remarqué que j’ai pas répondu à la question de départ: pourquoi? Pas évident. C’est un peu comme pourquoi on a commencé une analyse, une thérapie…c’est quand même très intime.
Il y a toujours des raisons conscientes et inconscientes à ce type de démarche.

Ce que je peux en dire c’est que je revenais d’un voyage où j’étais partie seule en sac-à-dos 6 mois et que le retour en France a été difficile (si on devait mettre une définition à ce difficile ça serait: complètement perdue).

Et je n’avais qu’une envie: repartir! (Si tu as déjà fait ce type de voyage je suis sûre que tu comprends).

Et puis il y avait cette “coïncidence”: un ami important, Damien, que j’avais rencontré pendant ce voyage m’en avait parlé. Et à mon retour en France, j’en ai parlé avec un autre ami important: Yacine. Je me suis dit que si j’entendais parler de la même chose aux deux extrémités du globe, avec deux amis extrêmement différents…c’est qu’il y avait quelque chose à entendre.

Je me suis dit que ça pouvait être une bonne piste d’atterrissage pour retrouver mes repères et faire le pont entre mes deux vies, celle du voyage et la (presque) “normale”.

Crédit photo: Josh Adamski

LES 5 LEÇONS de VIE du Dr Wayne DYER

 “Tout est clair maintenant”

Dans ce livre, Dr Dyer revient sur les différents « virages » de sa vie et en apporte une analyse dans l’après-coup de ce qu’il en a appris.

Il en ressort 5 idées principales :

  • il n’y a pas de hasard ni de coïncidence mais des synchronicités, tout a un sens et une place…alors…LÂCHONS PRISE!

C’est quoi une synchronicité Dr Dyer? 

«C’est un état dans lequel vous avez presque l’impression de collaborer avec l’univers »

Hein? Je comprends rien, ça veut dire quoi?

« Il est si évident qu’il n’y ait pas d’erreur dans cet univers. Les astres sont tous alignés. Le soleil est à une distance parfaite de la terre, au millimètre près, pour créer et entretenir la vie. Il y a une précision dans cet univers, qu’on le regarde à travers le téléscope ou le microscope, qui défie l’entendement. Nous sommes tous reliés à chacun et à chaque chose dans l’univers »

Et pour me convaincre, il ajoute en plus des références au Tao:

“Nous ne portons rien, nous sommes au contraire portés”.

Et même, « Si vous voulez être un grand dirigeant, vous devez apprendre à suivre le Tao. Arrêtez de vouloir tout contrôler. Abandonnez les plans et les concepts pré-établis, et le monde se gouvernera de lui-même ».

  • Écoutons notre intuition

Comment prendre la bonne décision, Dr Dyer?

« fais ce que tu fais parce que cela résonne avec ton moi supérieur et réponds aux sollicitations de ta voix intérieure, non à causes des récompenses qui pourraient t’échoir »

Et comment je peux savoir que c’est bien ma voix intérieure qui parle?

 « Voyez votre vie de manière plus claire aujourd’hui -ici-même, tout de suite, en ce moment- en refusant d’ignorer ce qui soulève de la passion et de l’enthousiasme en vous. Vous êtes venus ici avec une musique à jouer ; donc lorsque vous commencez à vous mettre au diapason de ce que vous seul entendez jouer dans votre esprit, écoutez attentivement et arrêtez-vous sur vos pas. Soyez prêts à faire le premier pas en direction de ces appels synchrones. C’est votre moi Suprême qui vous appelle ».

Et, comme il aime bien le faire, il me laissa ensuite méditer sur deux citations qu’il affectionne:

« Grâce à mon expérience, j’appris au moins que si l’on avance hardiment dans la direction de ses rêves, et s’efforce de vivre la vie qu’on s’est imaginée, on sera payé de succès inattendu en temps ordinaire ». (Thoreau, Walden)

« Deux chemins s’écartaient dans la forêt, j’ai pris le moins foulé et cela fit toute la différence » (poème de R. Frost, The road not taken).

  • Notre bonheur dépend de nos croyances

« L’excellence dépend de ce que je choisis de croire à propos de moi-même. Je voulais vivre ma passion, aimer mon travail et il n’y avait rien pour me retenir sinon mes propres croyances au sujet de mes limitations ». « Nos croyances peuvent littéralement changer nos gènes, et le Dr Lipton donne beaucoup de preuves scientifiques pour soutenir cette idée révolutionnaire ».

Il me confirme que même Castaneda nous dit:

 « Dans l’univers, il existe une force non mesurable, indescriptible, que les shamans décrivent intention, et absolument tout ce qui existe dans le cosmos dépend de l’intention ».

Euh…et comment on fait pour sortir de nos limitations?

D’abord, il est bon de « Se débarrasser des 18 excuses typiques comme -ce sera trop difficile, ça va être risqué, je ne le mérite pas, je ne peux pas me le permettre, je ne suis pas assez intelligent ou j’ai trop peur ». Le plus gros défi consiste à surmonter les très grandes excuses qui gardent les gens rivés sur place pour la vie ».

Il y a une technique pour y arriver?

Comme il est sympa, il m’a révélé les

“7 questions à se poser :

Cette excuse est-elle vraie ? Je décide de ne pas croire quelque chose qui est tout aussi susceptible d’être vrai que faux.

D’où vient l’excuse ?

Quel avantage y-a-t-il à utiliser cette excuse ? (éviter de traiter avec ma propre capacité intérieure de bien-être et de guérison).

A quoi ressemblerait ma vie si je n’avais pas ces excuses ?

Puis-je trouver une raison suffisante pour changer ?

Puis-je obtenir la coopération de l’univers en me débarrassant de cette excuse ?

Comment puis-je renforcer continuellement cette nouvelle manière d’être ?”

Et il me laisse avec la citation-méditation de la fin:

Neville : « Supposez que vous êtes déjà ce que vous désirez être et votre croyance, bien que fausse, si elle est maintenue, se cristallisera dans les faits ». « Il suffit de supposer dès maintenant que le vœu est déjà exaucé ».

  • Nous sommes donc responsables de la façon dont nous voyons et vivons les choses

Il m’assure que « Les croyances peu réalistes et irrationnelles causent la plupart des problèmes émotionnels. Les croyances irrationnelles sont :

  1. Je dois avoir de bons résultats pour recevoir l’approbation des gens qui comptent dans ma vie

  2. Je dois être traitée d’une façon juste, et sinon, c’est une catastrophe

  3. Les circonstances doivent aller dans mon sens et si ce n’est pas le cas alors je suis incapable de le supporter »

    Citations-time:

 « Si tu t’affliges pour une cause extérieure, ce n’est pas elle qui t’importune, c’est le jugement que tu portes sur elle. Or, ce jugement, il dépend de toi de l’effacer à l’instant » (Marc Aurèle)

« Quand nous ne sommes plus en mesure de changer une situation, nous sommes mis au défi de nous changer nous-mêmes », Frankl.

  • Nous sommes divins

« Lorsque nous sommes dans l’amour, il n’y a plus de place pour la peur » commence-t-il.

Il établit ensuite 4 éléments clés d’une conscience supérieure : bannir le doute, devenir l’observateur, mettre fin au dialogue interne et affranchir le Moi supérieur de l’ego.

Et il s’en va en me laissant en compagnie d’un dernier bouquet de citations:

« Tout le monde est né génie », « N’oubliez pas que vous êtes unique en votre genre. N’oubliez pas que si votre présence sur cette terre, avec toute sa singularité, ne répondait pas à un besoin, vous ne seriez tout d’abord pas apparu ici ». de Buckminster Fuller

Nisargadatta Maharaj : « Ma position est claire : produits pour distribuer, nourris avant de manger, donne avant de prendre, pense aux autres avant de penser à toi-même. Seule une société altruiste, basée sur le partage, peut être stable et heureuse. Il s’agit de la seule solution pratique. Si tu n’en veux pas alors -combats ».

 « Toi qui cherche Dieu, au-dehors, au-dehors,

ce que tu cherches, tu l’es, tu l’es,

si tu veux voir le visage de l’être aimé,

polis le miroir, et regarde de ce bord ». Rumi

En concluant, il m’a proposé de me lever chaque matin en lisant cette phrase:

« Bonjour, c’est Dieu. Je vais m’occuper de tous tes problèmes aujourd’hui. Je n’aurai pas besoin de ton aide, passe donc une journée miraculeuse ».