Projet gratitudes

Hello les minimalistes d’amour ! J’ai fait plusieurs fois l’exercice de la liste d’écrire tout ce pourquoi je ressens de la gratitude, tous mes kifs…et c’est toujours super puissant pour moi !! 
 J’ai besoin de vous pour réaliser un rêve : créer la plus grande et somptueuse liste de gratitudes au monde !!!😍

Il pourrait y avoir plusieurs thématiques: famille, voyages, méditation,  vie quotidienne..

Je la publierai ensuite sur mon blog en remerciant du fond de mon cœur toutes les personnes ayant participé au projet !! (et leur blog s’il est précisé). (Les personnes souhaitant rester anonyme le resteront) . 

Je suis aussi en contact avec la rédac chef d’un magazine (je publie bénévolement) et un éditeur.. A voir si ça pourrait les intéresser? (aucune garantie car je n’en ai pas parlé, projet top secret). 

Donc, Votre mission, si vous l’acceptez: 

1)me dévoiler vos listes en me les envoyant en mp. Version numérique, photos, courrier papier, dessins… Je vous laisse choisir le format tant qu’il est lisible.

2) Taguer toutes les personnes qui pourraient être intéressées !! 

Un grand merci d’avance !! 😍 

L’idée est que ça nous fasse du bien en l’écrivant et du bien en le lisant :). 

Toutes nos gratitudes rassemblées, ça va envoyer de l’arc en ciel licornesque dans le monde entier !!! 😍 <💕❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️

Méditation pas à pas

Plusieurs de mes proches sont intéressés par la méditation mais ne se lancent pas.

Ne rien faire leur semble…trop compliqué!!!

La complexité humaine :).

Comme je l’ai expliqué dans mon post précédent (ici), je médite depuis pas mal d’années maintenant et j’ai vraiment envie qu’elle se propage au maximum.

Voilà pourquoi j’ai décidé de lancer un programme en ligne, même si je sais absolument pas comment le faire.

Pour cette première pratique, je vous conseille de la faire une à deux fois par jour pendant une semaine pour commencer.

La suite la semaine prochaine!

Atelier philo et méditation sur le sens de la vie #3/3

Aujourd’hui, le thème c’était donc le sens de la vie.

Les enfants me montrent en début de séance qu’ils se souviennent bien des différents temps et différents rôles.

J’ai commencé par lire ce livre:

 

Pour info, l’auteur, Oscar Brenifier est une référence dans le domaine des pratiques philosophiques.
Le livre fait différentes propositions sur ce que peut être le sens de la vie.

Dans notre groupe, ça a commencé fort avec Julien qui est intervenu en disant que la vie n’avait pas de sens puisque de toute façon on allait tous mourir.

Cela a été intéressant car ça a fait réagir le groupe. D’autres enfants tenaient absolument aller contre cette idée. Par exemple, Dylan a alors dit que pour lui le sens de la vie c’était réaliser ses rêves, comme avoir huit coupes d’or en football, Marion qu’elle voulait se marier avec un footballeur tout en mangeant tranquillement un kebab XXXL, Charlotte que pour elle sa vie aurait un sens si elle écrivait des romans, Jérôme que c’était en profitant de chaque instant, Salima qu’elle voulait voyager…

C’est alors posé la question: pour faire tout ça, il faut de l’argent…alors ça veut dire qu’on ne peut pas trouver un sens à sa vie si on n’a pas d’argent?

Nous nous sommes dit que nous gardions cette question pour un prochain débat car l’heure était déjà passée!

Extraits des conclusions que les enfants ont faites sur les ateliers: “ça permet d’échanger nos idées”, “c’est trop triste des fois, ça me donne envie de pleurer”, “on apprend à s’écouter”,…

 

Pour moi, la mission est terminée. Je me dis que même si je n’ai pas réussi à faire de la “philo” à proprement parler, j’ai préparé le terrain pour que cela puisse se mettre en place pour la suite. Ils se sont de plus en plus écoutés, ont pu rebondir sur les idées des autres et ont commencé à se parler entre eux et à ne pas toujours m’adresser exclusivement leurs idées.

J’ai revu en fin de séance le groupe de filles qui m’avait demandé de l’aide la dernière fois. Certaines m’ont dit qu’elles avaient pu parler avec leur parent suite à notre échange et que cela avait permis un apaisement. Pour d’autres, le dialogue était impossible. Avec leur accord, j’en ai parlé à l’institutrice.

J’en garde un très bon souvenir, avec plein de surprises auxquelles je ne m’attendais pas du tout!

 

2 in 1: Pourquoi la méditation? Et Vipassana, c’est quoi?

Oui, pourquoi décide-t-on un jour de s’asseoir sur un coussin et de se concentrer sur le va et vient de sa respiration?

Difficile de donner une réponse universelle à cette question, chaque chemin menant à la méditation étant sûrement très différent.

Je vais donc parler de moi.

Pour moi, la rencontre avec la méditation était encore plus bizarre que pour la majorité des personnes qui commencent la méditation. J’ai pris le “hard way” comme m’a dit une fois un instructeur.

Je n’avais jamais médité de ma vie et je me suis inscrite à un stage de 10 jours très intensif. Mais très, très, très.

Un stage où, pendant ces 10 jours:

*tu te lèves à 4h30 du matin (pour…méditer bien sûr! Et on commence par une première méditation de…deux heures. En écrivant ces lignes, j’ai l’image de Paul, un enfant de 8 ans, qui me dit: Mais What??).

*tu n’as pas le droit de parler (sauf avec l’instructeur et le “manager”, essentiellement pour poser des questions sur…la méditation)

*tu n’as pas le droit d’avoir recours à des “distractions” ou des “intoxicants”: oublie livres, téléphone, musique, cigarette, …tu es là pour te confronter à toi-même…et tu verras, tu n’auras pas d’autre choix.

*En résumé, pendant 10 jours; tu dors, tu manges (deux fois par jour avec un dîner très lèger) et…tu médites (bien sûr!).

Et c’est tout. (Les douches et l’accès aux toilettes sont quand même acceptés en dehors des heures de méditation hein. D’ailleurs là-bas la douche et les repas sont les moments les plus fun de la journée).

Là, niveau simplicité, difficile de faire mieux.

Bien sûr, il y a un sens derrière tout ça…L’organisation a été pensée pour que tu puisses méditer le mieux possible.

Mon premier stage a été très difficile. On croit souvent que c’est “ne pas parler” qui est le plus difficile. Pas-du-tout (pourtant j’adore parler!). Le plus dur ça a été pour moi les douleurs physiques (rester assise des heures et des heures quand on est pas habitué ça crée quelques tensions) et psychiques. En 10 jours, sans distraction, il y en a des choses qui se mettent à remonter. Et devoir y faire face est loin d’être évident, surtout en étant seul.

Voilà pourquoi je déconseille ce stage aux personnes qui sont à une période de leur vie fragile, je pense que ça doit être super violent. Il faut quand même aller “suffisamment bien” pour “gratter le fond de la casserole” dixit Jean Oury.

Après, l’avantage, c’est qu’en sortant de ces 10 jours, j’avais de bonnes bases pour continuer à méditer à la maison. C’est pas pour ça que je l’ai toujours fait.

Pour moi l’expérience a été (après-coup parce que sur le moment…) très positive sur plusieurs points, je me suis même réinscrite plus d’une dizaine de fois à ce stage-de-fou.

J’essaye d’y aller une fois par an. (A-peu-près).

Tu as remarqué que j’ai pas répondu à la question de départ: pourquoi? Pas évident. C’est un peu comme pourquoi on a commencé une analyse, une thérapie…c’est quand même très intime.
Il y a toujours des raisons conscientes et inconscientes à ce type de démarche.

Ce que je peux en dire c’est que je revenais d’un voyage où j’étais partie seule en sac-à-dos 6 mois et que le retour en France a été difficile (si on devait mettre une définition à ce difficile ça serait: complètement perdue).

Et je n’avais qu’une envie: repartir! (Si tu as déjà fait ce type de voyage je suis sûre que tu comprends).

Et puis il y avait cette “coïncidence”: un ami important, Damien, que j’avais rencontré pendant ce voyage m’en avait parlé. Et à mon retour en France, j’en ai parlé avec un autre ami important: Yacine. Je me suis dit que si j’entendais parler de la même chose aux deux extrémités du globe, avec deux amis extrêmement différents…c’est qu’il y avait quelque chose à entendre.

Je me suis dit que ça pouvait être une bonne piste d’atterrissage pour retrouver mes repères et faire le pont entre mes deux vies, celle du voyage et la (presque) “normale”.

Crédit photo: Josh Adamski

Atelier Philo et Méditation #2

Avant de commencer l’atelier, nous sommes revenus sur notre dernière expérience. Intéressante mais…bruyante! J’ai proposé aux enfants de m’aider à trouver des idées pour que cela se passe différemment aujourd’hui.

Certains ont parlé du bâton de parole, d’autres du respect, de l’écoute. J’ai proposé que deux enfants soient “responsables” de l’écoute de la personne qui parle. Ils m’ont bien aidé durant l’atelier!

Pour ce nouvel atelier, le thème était:

Le sentiment d’échec

Parce qu’à l’école, c’est un sentiment que tout le monde a ressenti au moins une fois, non?

Moi, oui. Beaucoup, beaucoup, beaucoup plus qu’une fois en fait. Et même après l’école. Et même maintenant, adulte, ça me parle beaucoup ce sentiment! (Je l’ai même ressenti lors du premier atelier! 😉 )

Pour préparer cet atelier, j’ai utilisé surtout le livre suivant:

Le succès et l’échec:

A l’intérieur, se trouve plein de petites histoires autour de l’échec et de la réussite.

J’ai choisi l’histoire de Dounia, Yohann et Guy dans “Cet après-midi, c’est la fête!”. C’est donc l’histoire de l’organisation d’une fête qui n’a pas le succès escompté. L’auteur utilise les personnages pour illustrer différentes réactions.

Dounia reste bloquée sur l’échec et rejette tout en bloc, ne voulant plus jamais faire de fête.

Yohann cherche comment cela pourrait s’améliorer la prochaine fois et Guy fait l’autruche en essayant d’oublier ce qui s’est passé.

Les enfants (CM2), étaient intéressés par l’histoire -que je les ai laissé lire par eux-même- et ont pu spontanément s’identifier à un ou des personnages.

Je les ai trouvé même très courageux. Certains ont pu dire qu’ils pouvaient “trop rager” face à l’échec, comme Dounia. D’autres qu’ils préféraient oublier que chercher des solutions…

Ils ont rapidement parlé de leur “stress d’aller au collège”. De perdre leurs amis, leur prof, leurs repères…et de rater. C’est à peu près à ce moment là que la psychologue que je suis a été détectée. Sans que je comprenne d’où ça venait, une enfant a dit” vous êtes pas psychologue madame? Parce que j’ai besoin de parler à quelqu’un”.
J’ai répondu que oui, j’étais psychologue mais pas avec eux, que là j’étais animatrice d’ateliers. Je lui ai toutefois proposé de prendre un temps avec elle en fin de séance.

Avant de terminer l’atelier, je leur ai proposé cette citation de Socrate:

“La chute n’est pas un échec, l’échec est de rester là où on est tombé”.

Durant le temps de méditation/exercice de l’attention, il y a eu beaucoup d’agitation. Plusieurs filles riaient, gigotaient…et ont pu finalement pu dire: “j’ai trop de stress”, “le silence ça me fait peur”, “j’ai des pensées qui viennent qui me font peur”…Même si ce n’était pas un moment simple, une enfant a pu dire à la fin: “avant j’avais tout ça de stress (montre avec ses deux mains la taille de son stress), et maintenant j’ai ça”.

La différence dans ce qu’elle montrait était minimale, mais pour moi c’était énorme, surtout venant d’elle!

A la fin, elle est restée comme prévu…avec trois autres filles de sa classe. Toutes trois disaient qu’elles avaient besoin de parler et de voir une psychologue.
Quand je leur ai demandé comment elles avaient su que j’étais psychologue, elles m’ont répondu: “on ne savait pas mais comme les psychologues sont zen et que vous êtes zen…on y a pensé”.

Damned! Un compliment que la stressée que je suis ne pensait pas recevoir! On peut donc être zen et stressée ;).

Je ne sais pas où elles avaient entendu ces expressions, mais elles m’ont dit qu’elles avaient besoin “d’une oreille attentive”, qu’elles vivaient des “choses difficiles”, qu’elles n’avaient personne pour en parler…tout ça avec une grande maturité qui contrastait avec leur comportement durant l’atelier. L’émotion était très présente, plusieurs d’entre elles pleuraient…
Je leur ai proposé d’en parler ensemble avec leur maîtresse, qu’elle pourrait en parler avec la psychologue scolaire et leurs parents pour les accompagner voir une psychologue.

Ce que j’ai trouvé le plus fort, c’est que leur maîtresse m’a ensuite raconté qu’elles avaient ensuite beaucoup parlé toutes les quatre, que cela leur avait fait du bien…et quand une autre fille a pu parler de son mal-être, elles ont répondu: “viens, on est des petites psychologues nous, on va t’aider!”.

Elles ont créé leur groupe d’entraide…à 10 ans! J’ai trouvé ça juste…énorme!

Pour préparer l’atelier, j’avais utilisé aussi les livres suivants:

Pour les citations:

et pour les questions du débat:

           Les liens vers Amazon sont affiliés et me permettent de toucher entre 4 et 6% du montant de ce que vous achetez, sans aucun surcoût pour vous.

Premier atelier philo et méditation: Yakouba ou le courage d’être soi

Aujourd’hui, nouveau défi: j’ai animé mon premier atelier philo et méditation. C’était dans une école Freinet, avec des CM2 en demi-classe.  L’atelier a eu lieu dans la bibliothèque.

Les enfants ont tout de suite été très (trop ?) en confiance, s’installant comme ils ont l’habitude de le faire : en enlevant les chaussures et s’étalant sur les coussins. L’atelier, qui a démarré juste après la “récré” a donc commencé sur un débat sur « les pieds qui puent le moisi ». J’avoue que ce n’était pas ce à quoi je m’attendais ! Mais je m’attendais à vivre des surprises. Après la question des pieds est venue la question de la place. Il semblait important que chacun sente sa place protégée et, par contre, il n’était pas gênant de pouvoir envahir celle des autres.

En fait tant par la parole que dans les mouvements, chacun manifestait différemment la façon dont il voulait prendre sa place dans notre atelier. Le groupe était constitué de personnalités assez fortes et le groupe a été agité presque toute la séance. Et pourtant, il s’est produit des petits miracles. Un enfant a pu dire par exemple qu’il avait changé d’avis au cours du débat, une autre qu’elle avait apprécié pouvoir parler « sans se sentir juger ».

J’avais pris un temps préalable pour rappeler les règles de l’atelier : écoute, bienveillance, respect de l’autre. J’avais aussi demandé ce qu’était pour eux la philosophie et plusieurs avaient une réponse très intéressante.

J’ai essayé de faire un exercice d’attention autour de la respiration mais ils ont été encore plus agités :).

L’atelier était sur le thème du courage, avec pour support le livre de Yakouba de Thierry Dedieu.

J’étais étonnée de constater que tous les enfants ont compris le livre immédiatement, malgré le bruit et l’agitation. Ils ont insisté pour la plupart sur le fait que le livre était trop court. Un des enfants a même proposé d’écrire la suite : Yakouba 2. Le livre a donc beaucoup plu aux enfants et était bien adapté à l’atelier (il fait partie des livres “références” pour les ateliers philo).

Yakouba fait partie d’un groupe d’adolescents prêts à partir pour tuer un lion, rite initiatique de la tribu à laquelle il appartient. Cependant Yakouba va déroger à la règle car il choisit de ne pas tuer le lion qui se présente à lui, ce lion étant déjà blessé. Il préfère donc faire passer son propre avis avant celui de la tribu, dont il sera rejeté. Les enfants avaient des avis partagés quand je leur ai demandé si, selon eux, Yakouba était courageux. Pour certains oui, pour d’autres non. Ils ont questionné le sexe et l’âge du personnage, insistant sur le fait que la notion de courage n’était pas la même en fonction de l’âge. Quand nous nous sommes demandés ce qu’était le courage, ils ont pu dire que le courage permettait de dépasser ses peurs mais que, toutefois, avoir des peurs et des émotions, c’était important.

Ils ont pu questionner la posture de la tribu et des parents qui ont exclu Yakouba, certains enfants trouvant ça « nul ». Nous avons donc pu effleurer la question de la norme, de l’acceptation de soi, de la tension entre l’individu et le groupe, la culture…

A la fin de l’atelier, les enfants ont pour la plupart fait un retour positif, une enfant a même dit “j’ai pu parler librement, sans me sentir jugée”…même si c’était « trop bruyant » et qu’« on s’écoutait pas ». J’ai pu dire que pour moi aussi il y avait eu trop de bruit. Je n’ai d’ailleurs pas pu écouter et soutenir toutes les réponses (ce qu’un enfant n’a pas manqué de me reprocher!)…et j’ai eu bon mal de tête en sortant!

La prochaine fois, j’ai envie de demander aux enfants quelles solutions ils pourraient proposer pour que nous puissions mieux nous entendre et que nous soyons moins parasités par le bruit. Je pense proposer que l’on délimite la place de chacun par un coussin sur lequel il resterait toute la séance. Je pense aussi proposer qu’il y ait un enfant qui soit vigilant au silence, un autre qui note les noms des enfants levant la main, un synthétiseur et un maître du temps (méthode Tozzi).

Je sens qu’une nouvelle aventure commence, qu’elle est loin d’être facile mais pas moins passionnante!

Pour trouver le livre Yakouba que j’ai utilisé, c’est par là: Yakouba

Ce lien vers Amazon est affilié et me permet de toucher entre 4 et 6% du montant de ce que vous achetez