Atelier Philo et Méditation #2

Avant de commencer l’atelier, nous sommes revenus sur notre dernière expérience. Intéressante mais…bruyante! J’ai proposé aux enfants de m’aider à trouver des idées pour que cela se passe différemment aujourd’hui.

Certains ont parlé du bâton de parole, d’autres du respect, de l’écoute. J’ai proposé que deux enfants soient “responsables” de l’écoute de la personne qui parle. Ils m’ont bien aidé durant l’atelier!

Pour ce nouvel atelier, le thème était:

Le sentiment d’échec

Parce qu’à l’école, c’est un sentiment que tout le monde a ressenti au moins une fois, non?

Moi, oui. Beaucoup, beaucoup, beaucoup plus qu’une fois en fait. Et même après l’école. Et même maintenant, adulte, ça me parle beaucoup ce sentiment! (Je l’ai même ressenti lors du premier atelier! 😉 )

Pour préparer cet atelier, j’ai utilisé surtout le livre suivant:

Le succès et l’échec:

A l’intérieur, se trouve plein de petites histoires autour de l’échec et de la réussite.

J’ai choisi l’histoire de Dounia, Yohann et Guy dans “Cet après-midi, c’est la fête!”. C’est donc l’histoire de l’organisation d’une fête qui n’a pas le succès escompté. L’auteur utilise les personnages pour illustrer différentes réactions.

Dounia reste bloquée sur l’échec et rejette tout en bloc, ne voulant plus jamais faire de fête.

Yohann cherche comment cela pourrait s’améliorer la prochaine fois et Guy fait l’autruche en essayant d’oublier ce qui s’est passé.

Les enfants (CM2), étaient intéressés par l’histoire -que je les ai laissé lire par eux-même- et ont pu spontanément s’identifier à un ou des personnages.

Je les ai trouvé même très courageux. Certains ont pu dire qu’ils pouvaient “trop rager” face à l’échec, comme Dounia. D’autres qu’ils préféraient oublier que chercher des solutions…

Ils ont rapidement parlé de leur “stress d’aller au collège”. De perdre leurs amis, leur prof, leurs repères…et de rater. C’est à peu près à ce moment là que la psychologue que je suis a été détectée. Sans que je comprenne d’où ça venait, une enfant a dit” vous êtes pas psychologue madame? Parce que j’ai besoin de parler à quelqu’un”.
J’ai répondu que oui, j’étais psychologue mais pas avec eux, que là j’étais animatrice d’ateliers. Je lui ai toutefois proposé de prendre un temps avec elle en fin de séance.

Avant de terminer l’atelier, je leur ai proposé cette citation de Socrate:

“La chute n’est pas un échec, l’échec est de rester là où on est tombé”.

Durant le temps de méditation/exercice de l’attention, il y a eu beaucoup d’agitation. Plusieurs filles riaient, gigotaient…et ont pu finalement pu dire: “j’ai trop de stress”, “le silence ça me fait peur”, “j’ai des pensées qui viennent qui me font peur”…Même si ce n’était pas un moment simple, une enfant a pu dire à la fin: “avant j’avais tout ça de stress (montre avec ses deux mains la taille de son stress), et maintenant j’ai ça”.

La différence dans ce qu’elle montrait était minimale, mais pour moi c’était énorme, surtout venant d’elle!

A la fin, elle est restée comme prévu…avec trois autres filles de sa classe. Toutes trois disaient qu’elles avaient besoin de parler et de voir une psychologue.
Quand je leur ai demandé comment elles avaient su que j’étais psychologue, elles m’ont répondu: “on ne savait pas mais comme les psychologues sont zen et que vous êtes zen…on y a pensé”.

Damned! Un compliment que la stressée que je suis ne pensait pas recevoir! On peut donc être zen et stressée ;).

Je ne sais pas où elles avaient entendu ces expressions, mais elles m’ont dit qu’elles avaient besoin “d’une oreille attentive”, qu’elles vivaient des “choses difficiles”, qu’elles n’avaient personne pour en parler…tout ça avec une grande maturité qui contrastait avec leur comportement durant l’atelier. L’émotion était très présente, plusieurs d’entre elles pleuraient…
Je leur ai proposé d’en parler ensemble avec leur maîtresse, qu’elle pourrait en parler avec la psychologue scolaire et leurs parents pour les accompagner voir une psychologue.

Ce que j’ai trouvé le plus fort, c’est que leur maîtresse m’a ensuite raconté qu’elles avaient ensuite beaucoup parlé toutes les quatre, que cela leur avait fait du bien…et quand une autre fille a pu parler de son mal-être, elles ont répondu: “viens, on est des petites psychologues nous, on va t’aider!”.

Elles ont créé leur groupe d’entraide…à 10 ans! J’ai trouvé ça juste…énorme!

Pour préparer l’atelier, j’avais utilisé aussi les livres suivants:

Pour les citations:

et pour les questions du débat:

  Les liens vers Amazon sont affiliés et me permettent de toucher entre 4 et 6% du montant de ce que vous achetez, sans aucun surcoût pour vous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *